Mon Flux

Fiche de synthèse
(1)

ITEM n°319 - La décision thérapeutique personnalisée : bon usage dans des situations à risque.

Objectifs CNCI Préciser l'apport de la pharmacogénétique à la prescription médicamenteuse et à la médecine personnalisée. Identifier les sujets à risque : enfants, sujets âgés (voir item 126), femmes enceintes et allaitantes, insuffisants rénaux, insuffisants hépatiques, obèses Connaitre les principes d'adaptations thérapeutiques nécessaires. Argumenter une décision médicale partagée avec un malade et son entourage (voir item 3). Argumenter une prescription médicamenteuse, les modalités de surveillance et d'arrêt du médicament, en tenant compte des caractéristiques pharmacodynamiques et pharmacocinétiques du médicament, des caractéristiques du patient, de ses comorbidités, de la polymédication, des risques potentiels, et des objectifs poursuivis. Préciser la conduite à tenir pour le traitement médicamenteux en cas d'intervention chirurgicale ou de geste invasif programmé. Repérer, diagnostiquer et évaluer le retentissement d'une dépendance médicamenteuse (voir items 75, 76) ; dispositifs de déclaration. Définir les indications et principes du sevrage médicamenteux. Planifier le suivi du patient. Interactions médicamenteuses : discuter les aspects positifs et négatifs des associations et interactions médicamenteuses Argumenter les risques liés aux prises médicamenteuses multiples. Identifier les principaux mécanismes d'interactions et connaître les principales associationsmédicamenteuses responsables d'accidents et leurs modalités de prévention. Recommandations Collège de thérapeutique Mots-clés A savoir Fonctions rénales et hépatiques Interactions médicamenteuses InfoP / éduquer / diminuer / adapter Dialoguer / être attentif / calendrier Adaptation posologique Améliorer l’observance (7)

Màj : 13/06/2018
Questions isolées

Hépato-gastro-entérologie n°1 - Questions Isolées

Màj : 02/10/2015
Non fait
Dossier progressif

Une hypoesthésie en chaussette

 M. G, 43 ans se présente aux Urgences pour troubles de la marche avec diplopie. Ses antécédents sont une maladie de Basedow traitée il y a 20 ans par thyroïdectomie totale et supplémentée par Lévothyroxine (Lévothyrox 175 µg/jour), une appendicectomie et un traumatisme crânien lors d’un accident de la voie publique dans l’enfance. Il boit 4 cannettes de 50 cl de bière à 8,6° par jour et 2 verres de vin au déjeuner et au dîner. Pas de tabagisme connu. Pas de consommation d’autre toxique. A l’interrogatoire M. G ne connait ni l’heure, ni la date, ni le lieu où il est. Il tient des propos inadaptés bien qu’intelligibles, mais se prête assez volontiers à l’examen. PA : 140/86 mmHg, FC : 98/min, température : 36°C, FR : 15. Il décrit une diplopie horizontale disparaissant à la fermeture d’un œil et présente une impossibilité à l’adduction de l’œil droit lors du regard latéral gauche lors des saccades, des manoeuvres de poursuite et de convergence. Les mouvements verticaux de l’œil droit ne sont pas retrouvés. La paupière droite est tombante et vous observez également une discrète anisocorie avec une pupille droite plus dilatée que la gauche. La marche du patient est difficile avec déséquilibre et chute rapide. Le patient ne peut pas réaliser correctement l’épreuve doigt-nez ni l’épreuve talon-genou et ce de manière bilatérale. La force motrice vous semble normale à l'exception d'un doute quant à une parésie distale des membres inférieurs, l’épreuve du pique-touche est normale en dehors d’une hypoesthésie en chaussette bilatérale. Les réflexes achilléens et rotuliens ne sont pas retrouvés, aux membres supérieurs seuls les réflexes bicipitaux sont présents. Le reste de l’examen est sans particularité en dehors d’une constipation chronique.   ECG : normal Biologie : Numération sanguine : GB : 7 G/L (formule normale), Hb : 11 g/L, GR : 4 T/L, Ht : 42%,  Plaquettes : 151 G/L. Hémostase : TP : 95%, TCA 32s/31s Ionogramme sanguin : Na+ : 129 mmol/L, K+ : 3,8 mmol/L, Cl- : 99 mmol/L, Créatinine : 80 µmol/L, Urée : 4 mmol/L. Protéines : 62 g/L, Albumine 37g/L ; éthanolémie : 1,9 g/L, CRP : 4mg/L ASAT : 1,5 N, ALAT : N, GammaGT : 4 N, Bilirubine totale : 15 µmol/L, PAL : N

Màj : 25/08/2015
Non fait
Dossier progressif

Mme B aux urgences pour hyperglycémie

Mme B âgée de 39 ans est adressée aux urgences suite à la découverte par son médecin traitant d’une glycémie capillaire à 18,3 mmol/L. Cette patiente n’a pas d’antécédent particulier. En ce qui concerne les antécédents familiaux, sa mère a présenté un cancer du sein à 61 ans en rémission et elle est actuellement traitée par comprimés pour un diabète, la patiente vous signale que sa mère est en surpoids, elle vous rapporte aussi un problème de thyroïde chez sa tante. A l’interrogatoire, elle se plaint surtout d’une asthénie et de se réveiller plusieurs fois la nuit pour uriner, mais elle vous signale avoir bu beaucoup d’eau ces derniers temps. Son poids est de 62 kg pour 175 cm. Elle est surprise car son poids habituel est de 67 kg, pourtant elle a eu tendance à manger beaucoup de sucreries ces derniers temps. La patiente prend pour seul traitement un traitement contre l’acné prescrit depuis 3 mois par son médecin traitant. Votre examen clinique est sans particularité, vous notez juste des zones de peau décolorées. La BU réalisée à l’entrée aux urgences retrouve 3 croix de sucre et 1 croix d’acétone. Le bilan biologique d’entrée retrouve : -         - K+ = 3.5 mmol/L -         - Na+ =145 mmol/L -         - Bicarbonates = 23 mmol/L -         - Créatininémie = 63 µmol/L -         - CRP = 3 mg/dL     - Glycémie = 17,8 mmol/L  - NFP dans les limites de la normale

Màj : 25/09/2015
Non fait
Questions isolées

Neurologie n°4 - Questions Isolées

Màj : 02/10/2015
Non fait