Mon Flux

Dossiers progressifs

ECNI - MARS 2017 - Une TSH abaissée

Interne en endocrinologie, vous recevez en consultation Mme V. 32 ans, adressée par son médecin généraliste suite à la découverte d’une TSH abaissée lors d’un bilan d’asthénie survenant dans un contexte de post partum.

Mme V. a en effet accouché d’une petite fille 3 mois auparavant, les suites de couches ont été marquées par une embolie pulmonaire dont le traitement vient d’être arrêté.

Depuis 2 mois environ madame V. se plaint d’une fatigue constante, initialement mise sur le compte du post partum. En effet, elle a du mal à dormir la nuit et se retrouve souvent en sueur. Quand elle arrive à la consultation vous la trouvez au bord des larmes : elle vous explique qu’elle a déjà perdu les 10 kilos pris lors de la grossesse et qu’elle se sent "à bout" sans arriver à jamais récupérer de sa fatigue. Elle a aussi constaté un léger tremblement de ses mains qu’elle a du mal à contrôler.

Par ailleurs elle a continué une consommation tabagique lors de sa grossesse, estimée à 10 PA, actuellement elle fume 10 cigarettes par jour.

Elle vous apprend que sa maman a été opérée de la thyroïde il y a longtemps pour « un goitre » sans vous donner plus d’information.

Ses constantes sont les suivantes : FC = 112 au repos, FR = 19, SpO2 = 97%, PA = 150/70

Lors de l’auscultation cardio pulmonaire vous retrouvez une tachycardie régulière avec un léger souffle systolique. Le murmure vésiculaire est bilatéral et symétrique et il n’y a pas de bruit surajouté.

Le médecin généraliste a joint à la consultation le bilan biologique initial qui retrouve une TSH à 0,005 mUI/L

Devant ces signes cliniques et la biologie vous diagnostiquez une hyperthyroïdie.

Non fait
Questions isolées

ORL n°2 - Questions Isolées

Non fait
Questions isolées

Endocrinologie n°2 - Questions Isolées

Non fait