Item 121.2 - Troubles de la miction et incontinence urinaire de l'adulte et du sujet âgé.Incontinence urinaire de l'adulte.
Dernière mise à jour le 05/12/2018 par Alexandre NAVIDI
Mise à jour en cours

Signaler

Mises à jour

05/12/2018

Mise à jour majeure via collège d'urologie : -définition d'une incontinence urinaire et pièges diagnostiques -mise à jour et précisions sur les formes cliniques (étiologies +++) -mise à jour de la partie diagnostique chez la femme -précisions sur l'interrogatoire selon le collège -précisions sur l'examen physique -mise à jour de la partie sur les examens complémentaires -ajout d'un paragraphe : en pratique, démarche devant une IU de la femme -précisions sur la partie traitement -ajout d'une partie complète sur l'incontinence urinaire de l'homme

30/11/2016

Harmonisation de la définition de l'énurésie entre les items 121-1 et 121-2 à partir des collèges d'urologie et de pédiatrie

Résumé

Objectifs CNCI
  • Devant un trouble de la miction ou une incontinence urinaire de l'adulte, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.
  • Décrire les principes de la prise en charge au long cours.
Recommandations
Mots-clés A savoir
  • Hypermobilité (cervicocystoptose)
  • Hyperactivité détrusorienne 
  • Insuffisance sphinctérienne 
  • Nombre de protections / calendrier 
  • Manoeuvre de TVT / de Bonney
  • Bilan uro-dynamique = débitmétrie + cystomanométrie + profilométrie
  • Rééducation périnéale en 1er +++ 
  • Anticholinergiques si hyperactivité
  • Bandelette TVT si incontinence d’effort
  • Retentissement socio-psy.
  • Bandelette urinaire
  • AUCUN examen en 1ère intention 
  • Examen neurologique périnéal 
  • Traiter les facteurs favorisants

Généralités

Définition

  • Incontinence urinaire = émission involontaire d’urine par l’urètre chez un sujet conscient (hors miction)
  • VS énurésie = miction complète et involontaire (+/- nocturne selon le collège source)
    • définition du collège d'urologie : miction involontaire, pouvant être diurne ou nocturne
    • définition du collège de pédiatrie : miction nocturne complète et involontaire
      • primaire OU secondaire (apparition après plus de 6 mois sans trouble nocturne)
      • permanente OU intermittente
      • de début de nuit OU de fin de nuit
  • !! NPC incontinence urinaire (IU) avec incontinence par regorgement sur rétention chronique d'urine ou fistule vésico-vaginale

Epidémiologie

  • !! Problème de santé publique: 3M de femmes dont 500 000 IU sévères
  • Retentissement social et psychologique important / sous-reporté +++
  • Facteurs de risque d’incontinence urinaire (IU) : (3×2)
    • âge / ménopause / ethnie (moins chez africaine et asiatique)
    • parité ≥ 3 / AVB surtout si traumatiques / NN de poids élevé
    • atcd de chirurgie pelvienne / obésité / énurésie dans l’enfance/ pratique sportive de compétition
  • Ne sont pas des facteurs de risque mais des facteurs aggravants
    • Infections urinaires à répétition
    • Constipation-fécalome / polyurie (diabète)
    • Toutes les causes de toux chronique

Physiopathologie: 3 mécanismes possibles

  • Hypermobilité urétrale (= cervicocystoptose)
    • Principal mécanisme de continence chez la femme = écrasement de l’urètre
    • Si relâchement du plancher pelvien → hypermobilité de l’urètre = fuites
    • → responsable d’une incontinence urinaire à l’effort (IUE)
  • Insuffisance sphinctérienne
    • Dysfonction du sphincter strié / le plus souvent idiopathique (primaire)
    • Parfois secondaire
      • à un traumatisme: atcd de chirurgie périnéale (gynécologique ++)
      • à une pathologie neurologique: SEP (F) / M. de Parkinson (H)
    • → responsable d’une incontinence urinaire au repos ou à l’effort
  • Hyperactivité détrusorienne
    • Instabilité du détrusor: contractions anarchiques non contrôlée par SNA
    • Elle peut être
      • primairesyndrome d’instabilité vésicale: désadaptation / chez la petite fille ++
      • secondaire
        • urologiques : IU / cystique radique / tumeur vésicale (à savoir) / corps étranger / obstacle sous-vésical / iatrogène
        • neurologique
        • psychogène
    • → responsable d’une incontinence urinaire par impériosité

Formes cliniques

IU d’effort (IUE)

  • Perte d’urine lors d’un effort ou d’une contraction abdominale (rire, toux…)
  • !! forme la plus fréquence d’incontinence chez la femme: 70-80% des cas
  • Mécanismehypermobilité urétrale (70%) et/ou insuffisance sphinctérienne (30%)
  • Etiologies :
    • trauma obstétricaux ou chirurgicaux
    • troubles trophiques (carence hormonale de ménopause)
    • pathologies mécaniques secondaires à des efforts de poussées répétés (constipation / toux / charge lourdes)

IU par hyerpactivité de vessie (imperiosité)

  • Fuite à la suite d’une sensation brutale et irrépressible d’uriner
  • Responsable de 50% des IU de la femme / mixte dans 30% des cas
  • Mécanisme: instabilité détrusorienne: centrale (neuro) ou périphérique (irratation)
  • Etologies :
    • urologiques : irriation vésicale (toute cause : cystite radique, infectieuse etc / calcul / compression / médicaments...)
    • neurologique
    • psychogène

IU mixte

  • Association d’une incontinence urinaire d’effort et par impériosité
  • !! fréquente: 30% des incontinences urinaires chez la femme
S'abonner pour voir le reste
Créer un compte pour acceder gratuitement à cette fiche

Contenus liés

Détail de la dernière mise à jour

Date: 05/12/2018

Mise à jour majeure via collège d'urologie : -définition d'une incontinence urinaire et pièges diagnostiques -mise à jour et précisions sur les formes cliniques (étiologies +++) -mise à jour de la partie diagnostique chez la femme -précisions sur l'interrogatoire selon le collège -précisions sur l'examen physique -mise à jour de la partie sur les examens complémentaires -ajout d'un paragraphe : en pratique, démarche devant une IU de la femme -précisions sur la partie traitement -ajout d'une partie complète sur l'incontinence urinaire de l'homme