Item 347 - Crise d'angoisse aiguë et attaque de panique.
Dernière mise à jour le 13/07/2019 par David Sulman
Fiche à jour

Signaler

Mises à jour

13/07/2019

Mise à jour selon référentiel de psychiatrie : - Situation clinique fréquente dans toutes les spécialités +++ de l'attaque de panique - Peut survenir en l'absence de toute pathologie psychiatrique sous-jacente - Ajout d'un paragraphe épidémiologie avec le terrain et les statistiques de prévalence - Signes cliniques complétés avec notamment respiratoire : blockpnée / hyperventilation cardio : oppression thoracique neurovégétatifs : érythème facial - Symptômes psychique cités comme des "pensées catastrophiques" avec ajout des définitions :de perte identité physique(désincarnatation) et psychique (désanimation) - Le raptus anxieux est rare++ - Remarque : diagnostic clinique uniquement - Les attaques de panique peuvent s'inscrire dans le cadre de l'évolution des troubles anxieux généralisés ou des états de stress post-traumatique. - Dans la prise en charge initiale, écarter tout élément anxiogène pour le patient. - Rassurer sur le fait que les symptomes sont réels mais non graves - Benzodiazepines disponibles et citées dans ce contexte : Alprazolam 0.25 à 0.5 mg per os à renouveler si besoin Lorazepam 1 à 2 mg per os à renouveler si besoin Diazépam 5 à 10 mg per os à renouveler si besoin - A distance : Prise en charge de la pathologie psychiatrique sous jacente

16/06/2016

MAJ selon CNER 2015 : corrections mineures

27/04/2016

Corrections mineures, notamment bilan complémentaire non systématique (ne pas surmédicaliser) : selon point d'appel clinique

10/03/2016

MAJ selon CNUP 1ère Ed.

Résumé

Objectifs CNCI
  • Diagnostiquer une crise d'angoisse aiguë et/ou une attaque de panique.
  • Identifier les caractéristiques d'urgence de la situation et planifier leur prise en charge pré-hospitalière et hospitalière (posologies).
Recommandations
  • Collège des enseignants de psychiatrie - 3ème édition (2021)
Mots-clés A savoir
  • Anamnèse: < 10min / consience- s. psychiques / somatiques / comportementaux
  • ELIMINER UNE CAUSE ORGANIQUE+++
  • Isolement / réassurance / relaxation
  • Anxiolytique (BZD): si persistance
  • Au décours: MHD / psychothérapie
  • Risque suicidaire: raptus anxieux
  • Prise: médicament / toxique
  • Pas de BZD en prolongé

Généralités

Définition

  • "Crise d'angoisse aiguë" = attaque de panique (AP) 
  • → Episode aigu d'anxiété bien délimité dans le temps 
  • Situation clinique fréquente dans toutes les spécialités +++
  • Remarque : 
    • AP peut survenir en dehors de tout trouble psychiatrique sous-jacent et être unique !!
    • AP peut aussi s'intégrer dans un trouble psychiatrique : trouble panique ++ (répétition AP)

Epidémiologie

  • Prévalence :→ 1 personne sur 20 fera une AP au cours de sa vie  / vie entière : 3 à 5%
  • Terrain : adulte jeune / sex ratio = 2F/1H
  • Spécificité pédiatrique : rares dans l'enfance / pic à l'adolescence (F: 2,5% /H: 2%)

Physiopathologie

  • Mal connue / différents facteurs impliqués :
    • Biologiques :
      • Certaines substances provoquent de véritables AP (lactacte de Na, etc)
      • Hyperventillation → hypocapnie → paresthésies / vertiges / etc 
    • Psychologiques : auto-renforcement des pensées catastrophistes par la survenue de symptômes physiques 
    • Environnementaux : inquiétude entourage renforce les pensées catastrophistes
  • FdR :
    • Génétiques
    • Environnementaux : stress récents / consommation d'alcool, etc 
    • Tempérament : sensible à l'anxiété, affectivité négative 

 

Diagnostic

Diagnostic positif d’une attaque de panique = clinique 

  • Anamnèse
    • Survenue brutale → intensité maximale des symptômes en qlqs minutes voir secondes 
    • Durée totale brève: en général 20 à 30min (parfois jusqu’à quelques heures)
    • Décroissance progressive des symptômes avec sensation de soulagement et parfois asthénie post-critique
    • !! Patient conscient du caractère anormal de ses troubles 
  • Symptômes psychiques
    • Peur intense ++
    • Sensation de perte de contrôle, de devenir fou, de mort ou de catastrophe imminente = "pensées catastrophiques"
    • Parfois symptômes dissociatifs :
      • Dépersonnalisation: sentiment de perte identité physique (désincarnatation) et psychique (désanimation)  
      • Déréalisation : sentiment que le monde autour de soi est irréel/étrange 
  • Symptômes physiques
    • Neurovégétatifs: sueurs / bouffées de chaleur / erythème facial / tremblements / pâleur / vertige
    • Respiratoires: dyspnée / sensation d’étouffement / d’étranglement / blockpnée / hyperventilation
    • Cardiovasculaires: tachycardie / palpitations / douleur ou oppression thoracique
    • Digestifs: nausées / vomissements / diarrhée / douleur abdo
    • Génito-urinaires: pollakiurie
    • Neurologiques: céphalées / impression de paralysie / paresthésies
  • Symptômes comportementaux
    • Sidération +/- prostration ou agitation désorganisée +/- fuite
    • Risque = raptus anxieux: risque auto-aggressif (à savoir) / rare mais grave+++
  • Critères diagnostiques DSM-V
    • Période bien délimitée de crainte ou malaise intense survenant brutalement, atteignant son paroxysme en moins de 10min et durant laquelle sont rapportés au moins 4 des symptômes suivants :
      • Palpitations / tachycardie
      • Sudation
      • Tremblements / secousses musculaires 
      • Sensation d'étouffement
      • Sensation d'étranglement
      • Douleur ou gêne thoracique
      • Nausée ou gêne abdominale
      • Sensation de vertige, de tête vide ou impression d'évanouissement
      • Déréalisation (sentiment d'irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi)
      • Peur de perdre le contrôle ou de devenir fou
      • Peur de mourir
      • Paresthésies
      • Frissons ou sensation de chaleur 
    • DSM-V différencie 2 types d'AP:
      • AP "attendues" = réactionelles à un facteur déclenchant 
      • AP "non attendues" = sans facteur déclenchant / + spécifique du trouble panique 

Diagnostics différentiels 

  • Eliminer une étiologie non psychiatrique (à savoir)
    • Cardiovasculaire: IDM +++ / TdR / poussée hypertensive / DA / etc
    • Respiratoire: embolie pulmonaire / asthme aigu / PNO
    • Métabolique: hypoglycémie / hypoPTH / thyréotoxicose / ISA / Cushing / phéochromocytome
    • Neurologique: crise épileptique / AIT / migraine
    • /!\ Examen clinique complet +/- examens complémentaires (sur point d'appel clinique)
      • NFS / iono / glycémie
      • ECG / troponine 
      • TSH 
      • Radio thorax +/- gaz du sang artériels
      • Etc
  • Rechercher une prise médicamenteuse/toxique
    • Intoxication aiguë : alcool / cannabis / cocaïne / ectasy 
      • !! Diagnostic différentiel mais également F déclenchant de véritables AP 
    • Médicament :  corticoïdes / hormones thyroïdiennes 
    • Sevrage : alcool / BZD / etc
S'abonner pour voir le reste
Créer un compte pour acceder gratuitement à cette fiche

Contenus liés

Détail de la dernière mise à jour

Date: 13/07/2019

Mise à jour selon référentiel de psychiatrie : - Situation clinique fréquente dans toutes les spécialités +++ de l'attaque de panique - Peut survenir en l'absence de toute pathologie psychiatrique sous-jacente - Ajout d'un paragraphe épidémiologie avec le terrain et les statistiques de prévalence - Signes cliniques complétés avec notamment respiratoire : blockpnée / hyperventilation cardio : oppression thoracique neurovégétatifs : érythème facial - Symptômes psychique cités comme des "pensées catastrophiques" avec ajout des définitions :de perte identité physique(désincarnatation) et psychique (désanimation) - Le raptus anxieux est rare++ - Remarque : diagnostic clinique uniquement - Les attaques de panique peuvent s'inscrire dans le cadre de l'évolution des troubles anxieux généralisés ou des états de stress post-traumatique. - Dans la prise en charge initiale, écarter tout élément anxiogène pour le patient. - Rassurer sur le fait que les symptomes sont réels mais non graves - Benzodiazepines disponibles et citées dans ce contexte : Alprazolam 0.25 à 0.5 mg per os à renouveler si besoin Lorazepam 1 à 2 mg per os à renouveler si besoin Diazépam 5 à 10 mg per os à renouveler si besoin - A distance : Prise en charge de la pathologie psychiatrique sous jacente